renouer


renouer

renouer [ rənwe ] v. tr. <conjug. : 1>
• 1140; de re- et nouer
1Refaire un nœud à; nouer (ce qui est dénoué, détaché, rompu). Renouer sa cravate, ses lacets de chaussures. « renouer les cordons défaits de son tablier » (Robbe-Grillet).
2Par métaph. Renouer le fil de la conversation, le reprendre. Pronom. Liens qui se renouent.
Fig. Rétablir après une interruption. Renouer la conversation. Renouer une liaison.
3Absolt (fin XVIe) Rétablir des liens brisés, reprendre des relations interrompues. Renouer avec un ami après une brouille. se réconcilier. « Sans se l'avouer trop haut, elle désirait renouer » (Druon). Fig. « Impossible à nos poètes de renouer avec les traditions populaires » (Sartre).
⊗ CONTR. Dénouer, interrompre.

renouer verbe transitif Nouer de nouveau quelque chose : Renouer le lacet de sa chaussure. Reprendre ce qui a subi une interruption : Renouer une amitié. Renouer le fil de son récit.renouer (homonymes) verbe transitif renouée nom fémininrenouer (synonymes) verbe transitif Reprendre ce qui a subi une interruption
Synonymes :
Contraires :
renouer verbe transitif indirect Rétablir des relations, des liens avec quelqu'un, quelque chose : Renouer avec un camarade d'école. Reprendre, continuer ou rappeler quelque chose d'antérieur : Forme d'art qui renoue avec l'art naïf.renouer (homonymes) verbe transitif indirect renouée nom fémininrenouer (synonymes) verbe transitif indirect Rétablir des relations, des liens avec quelqu'un, quelque chose
Synonymes :
- se rabibocher (familier)
- se réconcilier
Contraires :
- dénouer
- se fâcher

renouer
v.
rI./r v. tr.
d1./d Nouer (une chose dénouée). Renouer une ficelle.
Fig. Renouer une amitié.
d2./d Reprendre (ce qui a été interrompu). Renouer la conversation.
rII./r v. tr. indir. Renouer avec: entrer de nouveau en relation avec (qqn).

⇒RENOUER, verbe trans.
I. A. — Refaire un nœud; nouer une seconde fois; nouer ce qui a été ou s'est dénoué, ou qui s'est détaché ou rompu. Or, ayant dit cela, l'homme de l'éternel, Renouant sur ses reins sa robe de poil rude, Par les sentiers pierreux qui mènent au Carmel, S'éloigne dans la nuit et dans la solitude (LECONTE DE LISLE, Poèmes barb., 1878, p. 36). Il sentit qu'on lui tirait les cordons de son tablier qui se dénouèrent (...). Presque en même temps, les cordons furent saisis et renoués d'une main énergique et Joseph vit Praileau s'éloigner dans la foule (GREEN, Moïra, 1950, p. 201).
P. métaph. Partout où il [Talleyrand] est, il renoue ses fils, il trame, il intrigue: il faut qu'il soit du pouvoir, et il en sera (SAINTE-BEUVE, Nouv. lundis, t. 12, 1869, p. 33). J. Lefrancq introduit, par exemple, la notion de milieu compréhensif, spécialement favorable à l'introverti car il lui offre une présence accueillante qui rompt le sentiment de solitude et renoue la chaîne des résonances humaines (MOUNIER, Traité caract., 1946, p. 111).
Empl. pronom. passif. Les cheveux [de la princesse Mathilde], d'un blond cendré, relevés en arrière, découvrent de côté des tempes larges et pures, et se rassemblent, se renouent en masse ondoyante sur un cou plein et élégant (SAINTE-BEUVE, Caus. lundi, t. 11, 1862, p. 389).
B. — Au fig. Reprendre après une interruption. Mais, Madame, reprit le comte en renouant la conversation et en regardant tour à tour Mme de Villefort et Valentine, est-ce que je n'ai pas déjà eu l'honneur de vous voir quelque part, vous et Mademoiselle? (DUMAS père, Monte-Cristo, t. 1, 1846, p. 750):
Sous ce régime, qui a duré soixante-cinq ans, la France avait rétabli sa puissance militaire abattue par les désastres de 1870, refait un grand empire, renoué de solides alliances, assuré la liberté des citoyens, développé l'enseignement, institué une assez large législation sociale, gagné la grande guerre de 1914-1918, repris l'Alsace et la Lorraine.
DE GAULLE, Mém. guerre, 1959, p. 585.
Loc. verb. Renouer connaissance. Il fut amené à renouer connaissance avec l'honnête garçon par la logique même des circonstances (VERNE, Tour monde, 1873, p. 85). Un peu plus tard, à Quatres, où il est allé renouer connaissance avec d'anciens professeurs (...) l'abbé Sancerre s'ouvre de ses difficultés au doyen du chapitre de la cathédrale (BILLY, Introïbo, 1939, p. 216).
Empl. pronom. Le 14 janvier 1797, les hostilités se renouèrent par la bataille de Rivoli (CHATEAUBR., Mém., t. 2, 1848, p. 331).
II. — Empl. abs. [Souvent avec compl. prép. avec]
A. — Reprendre des relations interrompues et, en partic., rétablir des liens d'amitié. Il se contenta de dire avec un ricanement: — Du moment que tu as renoué avec Fagerolles... — Je n'ai pas renoué du tout, cria-t-elle, furieuse (ZOLA, L'Œuvre, 1886, p. 193). Sans se l'avouer trop haut, elle désirait renouer (DRUON, Gdes fam., t. 1, 1948, p. 181).
B. — Remettre en honneur. Voilà donc où mène l'usage immodéré du don verbal, quand il est destiné à masquer une absence radicale de pensée et à renouer avec la tradition imbécile du poète « dans les nuages » (BRETON, Manif. Surréal., 2e Manif., 1930, p. 157).
Prononc. et Orth.:[], (il) renoue [-nu]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1175 renoier « rattacher ensemble des pièces rompues » (BENOIT, Ducs de Normandie, 18547 ds T.-L.); 2. ca 1500 « rétablir dans sa continuité en reprenant après une interruption » (PHILIPPE DE COMMYNES, Mémoires, éd. J. Calmette, III, p. 54); 1579 renouer le fil de qqc. (FAUCHET, Antiq. gaul., 2e vol., IV, 7 ds GDF. Compl.); 3. 1616 verbe trans. indir. « rétablir des relations interrompues » (A. D'AUBIGNÉ, Hist., II, 331 ds LITTRÉ); 4. 1641 id. « renouveler une amitié avec quelqu'un » (CORNEILLE, Horace, I, 4). Dér. de nouer; préf. re-. Fréq. abs. littér.:449. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 646, b) 745; XXe s.: a) 394, b) 718.
DÉR. Renouement, subst. masc. Action de renouer; rétablissement d'un lien. Le renouement d'une amitié. (Dict. XIXe et XXe s.). []. Ac. 1694-1762: -nouement; 1798-1878: -nouement ou -noûment (id. ds LITTRÉ); 1935: -nouement (id. ds Lar. Lang. fr. et ROB. [-noûment, vx]). 1res attest. a) ) ca 1470 « réconciliation » (GEORGES CHASTELLAIN, Chronique, éd. Kervyn de Lettenhove, t. 3, p. 23, 2), ) 1615 « action de renouveler une amitié » (PASQUIER, 604 ds IGLF), b) 1564 « action de nouer de nouveau » (THIERRY); de renouer, suff. -ment1.
BBG. — QUEM. DDL t. 25.

renouer [ʀənwe] v.
ÉTYM. 1140; de re-, et nouer.
———
I V. tr.
A
1 Refaire un nœud à (qqch.), rattacher par un nœud.Nouer (ce qui est dénoué, détaché, rompu). Rattacher. || Renouer sa cravate, ses lacets de chaussures. || Renouer un lien, un fil, faire un nœud pour le raccorder lorsqu'il s'est rompu.
1 (…) pour se donner une contenance, elle mit ses mains derrière le dos, sous prétexte de renouer les cordons défaits de son tablier.
A. Robbe-Grillet, le Voyeur, p. 59.
2 (1657, absolt, in D. D. L.). Vx. Remettre (un membre); réduire (une fracture). Rebouter.
3 Nouer une seconde fois. || Nouer une corde devant et la renouer par-derrière.Au p. p. || Ficelle nouée et renouée. || Renouer ses cheveux.
B
1 Par métaphore. || Renouer le fil de la conversation. || Le lien qui unissait les deux sœurs, toujours près de se rompre, renoué toujours. Pron. || Liens (cit. 3) qui se renouent entre le passé et le présent.
2 Renouons le fil de sa narration, que cet éclaircissement a coupé.
Beaumarchais, Mémoires… dans l'affaire Goëzman, p. 10.
3 C'était devenu un devoir pour tous deux de renouer pour toujours une chaîne qui n'avait jamais été complètement brisée (…)
G. Sand, Elle et Lui, XII.
Au p. p. || La chaîne renouée des générations (cit. 17).
2 (Fin XVe). Fig. Rétablir dans sa continuité en reprenant après une interruption. || Renouer la conversation. Reprendre. || Renouer amitié avec qqn. || Renouer une liaison.Au p. p. || Des amitiés (cit. 21) renouées.
4 Je regrette souvent que cet assujettissement de ma vie (dont je ne vois pas le terme) m'empêche de m'asseoir un peu pour regarder en arrière, et pour aller aussi renouer l'entretien avec ces amis du bon temps.
Sainte-Beuve, Correspondance, t. I, éd. Calmann-Lévy, p. 349.
5 M. Thibault n'était jamais revenu sur l'interdiction qu'il avait jadis signifiée à Jacques, de renouer la moindre relation avec les Fontanin.
Martin du Gard, les Thibault, t. II, p. 195.
———
II V. intr. (Fin XVIe). Rétablir des liens brisés, reprendre des relations interrompues. || Renouer avec un ami, une maîtresse après une rupture. Réconcilier (se). || C'est fini, pourquoi renouer ? → Amarre, cit. 4. — Poètes qui renouent avec les traditions populaires (→ Folklorique, cit.).
6 Après tout, je n'ai pas été si folle de l'aimer.
Dans cet instant, s'il se fût présenté quelque moyen honnête de renouer, elle l'eût saisi avec plaisir.
Stendhal, le Rouge et le Noir, II, XVIII.
7 La nation, en s'unissant, échappe à ce péril et renoue avec la grande tradition de Moïse.
Daniel-Rops, le Peuple de la Bible, III, II.
CONTR. Dénouer, interrompre.
DÉR. Renouée, renouement ou renoûment, renoueur.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • renouer — Renouer. v. a. Noüer une chose denoüée. Renouer une jartiere, un ruban. Il signifie aussi quelquefois simplement Nouer. Ses cheveux estoient renouez de rubans, de fleurs, de perles, &c. On dit fig. Renouer un traité, une alliance, renouer amitié …   Dictionnaire de l'Académie française

  • renouer — Renouer, cerchez Nouer, en Neud. Renouer les choses delaissées et rompues, Interrupta contexere. Renouer un proces peri, ou reprendre un vieil proces long temps demeuré sans poursuite. Recommencer un proces fini, moyennant quelques lettres royaux …   Thresor de la langue françoyse

  • renouer — (re nou é) v. a. 1°   Nouer une chose dénouée. Renouer un ruban, une jarretière. 2°   Il signifie quelquefois simplement nouer pour l ornement. Ses cheveux étaient renoués de rubans, de fleurs, etc. 3°   Il signifie encore nouer ensemble deux… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • RENOUER — v. tr. Nouer une chose dénouée. Renouer des cordons, une cravate. Fig., Renouer un accord, une alliance, Renouveler un accord, une alliance qui avaient été rompus. Renouer des négociations, Reprendre des négociations qui avaient été interrompues …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • RENOUER — v. a. Nouer une chose dénouée. Renouer une jarretière, un ruban.   Il signifie quelquefois simplement, Nouer pour l ornement. Ses cheveux étaient renoués de rubans, de fleurs, de perles, etc. Fig., Renouer un traité, une alliance, Renouveler un… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • renouer — re|no|uer Mot Agut Adjectiu variable …   Diccionari Català-Català

  • renouer — vt. renywâ (Saxel), rnyeutâ (Albanais) ; (r)apondre (Aix, Chambéry). E. : Rachitique …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • renouée — [ rənwe ] n. f. • 1545; p. p. de renouer ♦ Plante dicotylédone (polygonacées), herbacée, à tige noueuse, répandue sur tout le globe. Renouée liseron ou faux liseron; renouée des oiseaux (appelée aussi traînasse ). Renouée cultivée. ⇒ 2. sarrasin …   Encyclopédie Universelle

  • MAROC — Le Maroc, pays du soleil couchant, Maghrib al ‘aq ル , offre, dans l’ensemble de l’Afrique du Nord, une histoire originale. Il la doit sans doute à la puissante personnalité de ses peuples restés tout au long des siècles moins marqués des… …   Encyclopédie Universelle

  • Campagne Des Cent Fleurs — République populaire de Chine Cet article fait partie de la série sur la politique de la Chine, sous série sur la politique …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.